Les Forteresses des Iles d'Or - Camping Clair de Lune - Tourisme dans le Var et la Provence

Les Iles d'Or

Au nombre de trois (Port Cros, Le Levant et Porquerolles), les îles d'hyères sont la destination préférée des visiteurs de notre région. Découvrez les à partir du camping, les embarcadères sont à quelques minutes de voiture.

Les Forteresses des Iles d'Or

tour_fondue.jpgAu départ du camping, vous pouvez visiter les tours et forts sur les îles d'Hyères, en commençant par la Tour Fondue, située à l'Est de la Presqu'île de Giens.

  • Les fortifications de François 1er à la révolution
  • Les fortifications de l'Empire à la 2ème guerre mondiale

Les fortifications de François 1er à la révolution :

Le fort du petit LangoustierDès le Moyen Age, les îles ont été soumises, du fait de leur isolement, à la menace chronique des descentes des pirates barbaresques et autres, comme la Corse, la Sardaigne, Malte et toute la côte nord de la Méditerranée.

Aussi est-ce sans doute pour protéger les populations que furent édifiés à Porquerolles le "Château" ou fort Sainte-Agathe et à Port-Cros le fort du Moulin, attribués à François 1er.

Les choses restent en l'état jusqu'aux années 1630. C'est entre 1634 et 1643 qu'ont été construits, à l'instigation de Richelieu, les sept forts des îles : Petit et Grand Langoustier, l'Etoile (disparu), l'Alycastre, l'Estissac, l'Eminence et Port-Man. Ils sont représentés, ainsi que le fort Sainte-Agathe et le fort du Moulin, sur l'atlas dit de Louis XIII, conservé à la bibliothèque du dépôt des fortifications (Archives du génie, Vincennes), concrétisant la promotion stratégique de la rade d'Hyères.

A ces forts s'ajoute la redoute du Pradeau, dite Tour Fondue, édifiée à la même époque au bout de la presqu'île de Giens.

Après les guerres du XVIIIe siècle (invasion de la Provence de 1707, guerres de succession d'Autriche en 1741-1748 et de Sept ans entre 1756 et 1763), les îles sont occupées par les Anglais en 1793. A leur départ, ceux-ci incendient ou font sauter les forts.

Avec l'Empire s'ouvre une deuxième période de construction sur les îles.

Les fortifications de l'Empire à la 2ème guerre mondiale :

Fort de l'éminenceNapoléon inclut les îles dans le vaste programme de réorganisation lié au blocus continental. Les forts les moins endommagés sont réparés et améliorés. Mais, faute de temps et de moyens, beaucoup de travaux sont inachevés à la chute de l'Empire.

C'est sous la menace d'un nouveau conflit qu'en 1841 la Monarchie de Juillet crée une commission chargée de repenser complètement le problème. Sous l'égide du maréchal Soult, ministre de la Guerre, elle réexamine tous les sites, uniformise les trois modèles de pièces d'artillerie et normalise six plans types de corps de garde défensifs adoptés en 1846 pour servir de réduits dans les ouvrages isolés. Plusieurs batteries de ce type sont aménagées : Bon Renaud, Lequin, Galéasson, Bagaud nord, Bagaud sud et est, Grand Ribeau. Celle des Mèdes est dotée d'une caserne casematée.

A partir de 1858, le programme, devenu désuet avec l'apparition de l'artillerie rayée et des cuirassés à vapeur, est interrompu.

Après 1870, une nouvelle commission, sous l'égide du général Séré de Rivières, reprend le problème : on construit de nouvelles batteries, le fort de l'Eminence est réaménagé en 1875 et érigé en véritable citadelle.

En 1914, les organisations ont vieilli. Désarmées, les îles deviennent les points d'amarrage du système de protection anti sous-marine de la rade. Après la guerre, un nouveau programme de batteries est élaboré avec notamment la construction de la nouvelle batterie haute des Mèdes.

Occupés par les Allemands en 1942, ces ouvrages subissent en août 1944 le tir des cuirassés Lorraine et Ramillies qui appuient le débarquement allié en Provence.

Avec l'enlèvement des derniers matériels après 1945 se termine la vie active des forts des îles d'Hyères : l'ère du patrimoine commence.

Pour en savoir plus sur ces forteresses, Cliquez ici pour visitez ce site

Carte des forts, tours et batteries des îles d'Hyères :

Haut de page